Beurre aux algues (à la laitue de mer pour être précis !)

Maintenant que je vis de nouveau au bord de la mer, il va de soi d’utiliser les produits du garde-manger qui se trouve à mes pieds. Plus exactement, il va de soi de se tremper les pieds pour y trouver à manger 🙂

Il y a quelques mois, j’avais participé à une sortie découverte avec l’association Escale Bretagne et la société Alg’Emeraude. Il s’agissait de découvrir quelles étaient les algues comestibles, comment les ramasser et comment les cuisiner.

beurre-aux-algues-algues
en bas à droite, la fameuse laitue de mer !

Voici en quelques mots ce que j’y ai appris :

  • En France, (et en Bretagne !) on trouve de la dulse, de la laitue de mer mais aussi des algues que l’on connaît plus sous leur nom japonais comme la nori, la wakamé, le kombu, ou l’aonori.
  • Nous ne sommes pas habitués à consommer des algues comme les Japonais par exemple. Il faut donc les consommer avec modération pour habituer notre corps à ces algues chargées en oligo-éléments (ce qui est bien pour le fer ou le calcium par exemple, moins bien pour d’autres comme les métaux lourds).
  • Les algues sont à 99% consommables, elles ont ensuite un intérêt plus ou moins gustatif.
  • Les algues ne sont pas salées : c’est l’eau de mer qui les entourent qui l’est. On pense trop souvent ça car on a tous en tête que la salicorne, bien salée, est une algue. Mais non ! C’est une plante de bord de mer, certes, mais elle pousse en dehors de l’eau.
  • Il faut les récolter alors qu’elles sont encore accrochées à leur rocher, pas sur le sable : comme ça on est sûr qu’elles n’ont pas navigué dans un port ou qu’elles sont en putréfaction.
  • Il faut les ramasser au ciseau, et couper à 3-4 cm de la base : c’est comme pour les champignons, si on en laisse, elle repoussera mieux et au même endroit.
  • Il faut que les algues soient assez développées : les feuilles de laitue par exemple doivent mesurer au moins 15 à 20 cm de long. Si elles sont trop petites, attendre la prochaine marée !
  • Comme pour tout ce qui vient de la mer, il convient de respecter les saisons, le mode de récolte et les quantités : il n’y a que comme ça que l’éco-système sera préservé et qu’on pourra continuer à déguster ces merveilles.

Je ne vous dévoile pas tout car je vous invite à vous inscrire, lors de vos prochaines vacances en bord de mer, à ce type d’activité : c’est passionnant ! A faire en famille, avec de bonnes bottes en caoutchouc, c’est le bol d’air assuré pendant 3 heures et on rentre plus informé sur la mer, ses délices et sa préservation.

Nathalie d’Alg’Emeraude nous a fait goûter des produits de leur société, distribués en épiceries fines : tartare, wakamé mariné, moutarde…  C’est délicieux et les restaurateurs en sont dingues. La demande augmente chaque année.

Evidemment, depuis, je ne peux m’empêcher de ramasser des algues quand je me balade, pour peu que j’ai une petite paire de ciseaux dans la poche !

Je vous livre une recette de beurre à la laitue de mer, que je faisais du temps où je travaillais chez Coretta. Là, j’ai utilisé cette même laitue fraîchement ramassée dans les rochers sur la plage à côté de chez moi…

beurre-aux-algues

  1. Couper 125g de beurre demi-sel en parcelles et le laisser ramollir à température ambiante
  2. Laisser tremper la laitue de mer (une poignée suffira) dans l’eau claire pendant 30 minutes. Réitérer plusieurs fois jusqu’à ce qu’il n’y ai plus aucun grain de sable dedans
  3. Ciseler finement la laitue de mer
  4. Mélanger la laitue au beurre
  5. Former un boudin avec du film étirable et nouer les extrémités
  6. Mettre le boudin au congélateur

laitue de mer

beurre-aux-algues-boudin

beurre-aux-algues-boudin-2

Pour déguster, il suffit de couper des rondelles de beurre congelé avec un bon couteau, d’enlever le film autour de chaque portion, et laisser revenir à température. Je vous laisse découvrir son petit goût iodé, tartiné sur du bon pain de seigle, avec des huîtres évidemment.

Bon appétit !

Publicités

2 commentaires

    • merci ! oui ça fait un peu de vert dans le gras 😉 son goût iodé est très appréciable avec les fruits de mer et le poisson, mais on peut aussi le tenter avec une viande rouge

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s