Confiture de prunes à la fève tonka

Halte au gaspi, vive le fait maison ! C’est ma belle-mère, qui fait ses confitures maison depuis toujours, qui m’encourage depuis plusieurs années à me lancer aussi, vu que c’est hyper simple à faire… En effet, c’est ULTRA simple. Et exit les cuves-en-cuivre-sinon-ta-confiture-elle-est-ratée toussa toussa, franchement, avec une bonne casserole à fond épais, (et un peu d’aide) ça marche aussi.

confiture prune et fève tonka

Et donc j’ai trouvé les dernières prunes de la saison pour 1€ le kilo. Des prunes tout à fait ordinaires, ressemblant vaguement à de grosses quetsches, qui étaient un peu passées et tout à fait fades. Alors je les ai transformées en confiture, avec une épice un peu originale.

La fève tonka, pour celles et ceux qui auraient hiberné ces 10 dernières années, c’est une fève issue du fruit d’un arbre, le teck, que l’on trouve en Amérique du Sud. Avec ses arômes puissants et complexes de vanille, de cacao, d’amande, de foin, et de musc, elle a longtemps parfumé tabacs et cosmétiques avant d’investir nos desserts et préparations sucrées. On la trouve séchée et entière, à râper comme la noix de muscade, ou déjà mélangée à du sucre, qui réveillera un moelleux au chocolat, une salade d’agrumes ou la croûte de vos prochaines crèmes brûlées par exemple…

fève tonka
Fève tonka

Pour 2 pots (la récup aussi a du bon pour ce genre de chose !) :

  • 500 g de prunes
  • 400 g de Confisuc (je ne suis pas une puriste de la confiture, un peu de gélifiant facilite la prise et n’altère pas vraiment le goût, enfin, c’est mon avis)
  • 2 QS de sucre de canne à la fève Tonka (ou à défaut, de la fève fraîchement râpée, pour 2 pincées)

Laver, dénoyauter et couper en 4 les prunes. Les mélanger aux sucres dans une grande casserole à fond épais et laisser macérer pendant 2 heures à température ambiante.

Ebouillanter les pots et leurs couvercles pendant 5 minutes puis les retourner sur un linge propre.

Après ce temps d’attente, faire chauffer la casserole. A ébullition, réduire à feu moyen et attendre 10 minutes le temps que la confiture cuise à petits bouillons. Mélanger de temps en temps, et écumer en fin de cuisson. Si c’est très liquide, c’est normal. La confiture va gélifier en refroidissant.

confiture de prunes on progress

Remplir les 2 pots à ras bords, fermer bien serré, et retourner les pots tête en bas le temps qu’ils refroidissent. Cette opération empêche la moisissure de se former à la surface de la confiture et dans les interstices du couvercle.

Et voilà le résultat. Une confiture onctueuse, avec un goût subtil et très original.

Cette méthode vaut pour n’importe quelle confiture de fruit, alors plus d’excuse ! J’ai bien envie de recommencer l’expérience avec des fruits d’automne, comme la poire, la figue ou même le kaki (sharon).

confiture prune et fève tonka-1

Ah mais avec tout ça il va falloir trouver sur quoi on peut tartiner de si délicieuses confitures… Pfff, je suis obligée de me lancer dans la boulangerie maintenant. Ô misèreO_o

6 commentaires

  1. Pour la figue, c’est peut-être un peu tard. Cependant, un conseil pour ce fruit très sucré : réduire la quantité de sucre !
    Et sinon, je partage ton opinion. Le cuivre c’était mieux dans le passé, par rapport aux autres ustensiles disponibles. Mais aujourd’hui, cocotes émaillées, casseroles et sauteuses à fond épais conviennent aussi bien (mieux ?).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s