Un déjeuner chez Bridges, Amsterdam

bridges menu du chef joris ambiance

Vous qui avez regardé Top Chef cette année (oui vous savez bien, l’histoire de Naoëlle-qui-chipe-des-têtes-de-crevettes, Florent le bon cht’i gars de la campagne, Jean-Phi le Belge tout sourire, toussa toussa), ne me dites pas que vous avez oublié Joris « cuisinator », celui qui réfléchit et cuisine plus vite que tout le monde.

Joris Bijdendijk, de son patronyme batave, ex sous-chef de Laurent Pourcel, a fait maintes fois la démonstration de son talent culinaire. Arrêté dans sa course pour un plat de pâtes manquant de sauce, on l’avait quitté presque la larme à l’oeil…

Par la magie des réseaux sociaux, on apprit que Joris était en fait reparti en Hollande et qu’il avait pris les rênes du restaurant Bridges, le restaurant du Sofitel Legend The Grand Amsterdam, aux côtés du chef Ron Blaauw.

Et puis, lors d’un week-end en amoureux à Amsterdam, j’ai craqué et j’ai joué les foodistas. Chouchou, mi-amusé mi-jaloux, s’est laissé faire. Et c’est lui qui voulait y retourner dès le lendemain pour goûter au reste de la carte !

Bon alors, je vous raconte ? C’est toujours difficile de partager un repas sans l’odeur ni la saveur, mais je vais essayer. L’image vous mettra l’eau à la bouche, j’en suis sûre.

Nous avons pris le menu du chef avec 6 plats à 89€ (tant qu’à faire) que Chouchou a accompagné de la sélection du sommelier de vins au verre  pour 59€.

bridges menu du chef joris menu
Le menu du chef du restaurant Bridges à Amsterdam… ça donne l’eau à la bouche

Tranquillement installés en terrasse comme le reste des convives, à l’ombre des charmes et des bâtiments de l’hôtel, ce déjeuner commençait déjà à nous plaire avant même d’avoir commencé…

– En ouverture de festival nous avons eu droit à un amuse-bouche aérien à base d’asperge et de mousse d’oursin.

– Puis vint une langoustine parfaitement grillée posée sur du quinoa sauvage soufflé (croquant et délicieux), sauce au curry vert (savamment dressée en forme d’algue) et tartare de langoustine et oeufs de truite. La barre était déjà TRES haute…

– Puis vint le chou-fleur grillé avec son jaune d’oeuf et ses copeaux de truffe, accompagné de son fromage hollandais « messeklever » gratiné, du nom d’un fromage qui est en fait issu d’une erreur de fabrication : au lieu d’être dur, il était mou. Son nom signifie « le couteau collé ». Délicieux.

– Ensuite la royale de foie gras avec son homard, sauce au vin jaune et morilles, purée de carotte et abricot. A la fois très frais et très complexe.

– Puis la viande : côtelette d’agneau de lait, asperge blanche brûlée, sauce au vadouvan (mélange d’épices indiennes originaire de Pondichéry). La viande était divine, rosée, moelleuse et grillée, la cuisson parfaite.

– En fromage nous avons pu goûter une tartelette avec une gelée de rose, noix de pécan et miettes de lady’s blue, un fromage hollandais de brebis persillé sec. Le choc sucré-salé, moelleux-croquant était malin.

– Et enfin le dessert : la couronne à la noix de coco, entremet passion, crumble amande et glace au yaourt, accompagnés de cresson sauvage. Très frais pour finir le repas.

bridges menu du chef joris
Le menu des chefs Ron et Joris chez Bridges : un festival de couleurs et de saveurs.

Vous voyez ? Ca donne envie hein ? Joris a ce talent qu’on avait remarqué dès le début de la saison : le dressage. Epuré. Sobre. Graphique. Equilibré. Gourmand. Si je savais dresser mes plats, j’aimerais le faire comme lui (et aussi comme mon-prof-le-chef-Jean-Luc, mais ça… il me faudra attendre 30 ans de carrière et manier l’art de vivre japonais à la perfection). On sent aussi toute sa culture de la cuisine française mariée aux produits locaux c’est à dire produits de la mer et fromages. La philosophie de Joris et de Ron Blaauw, c’est de rendre hommage aux produits locaux et de saison avec le moins de transformation possible. C’est pourquoi on y trouve une partie de la carte intitulée « raw bar » (le bar du cru) où on peut choisir de déguster du caviar, des huîtres ou des langoustines crues en petites portions. Et aussi une partie « tapas de saison » où on peut picorer et composer son repas à loisir, qui m’a bien donné envie !

A part la royale de foie gras dont je ne suis pas fan en général (trop lourd à mon goût, personne pas même Jean-Luc n’a réussi à me faire aimer ça) et peut-être le plat de fromage où la gelée de rose était en quantité trop importante par rapport au lady’s blue, c’était un repas divin, digne d’un étoilé. Je garde un grand souvenir de la langoustine et son quinoa croquant… A tel point que je vais peut-être essayer de la refaire dans ma cuisine… Après tout, je sais désormais manier la langoustine !

La qualité des produits, les saveurs, le dressage ; le cadre charmant et moderne, le service rapide et attentif, les explications claires des serveurs et sommeliers, font de Bridges un très grand restaurant, pour l’instant encore très abordable.

Si vous voulez vous faire une très bonne table à Amsterdam, ne cherchez plus, courez chez Bridges !

Bridges, inspired by Ron Blaauw

Oudezijds Voorburgwal 197
1012 EX Amsterdam, Netherlands
+31 20 555 3560
Menus :  du chef à 89€ (6 plats), du jour à 35€ (plat + dessert)
bridgesrestaurant.nl – Réservation en ligne hyper simple à cette adresse : info@bridgesrestaurant.nl

Le prochain post sera consacré à un autre restaurant d’Amsterdam, et à ses spécialités typiquement hollandaises. Restez connectés !

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s