Salade de boeuf lao comme chez maman (non, ce n’est ni un laab ni des larmes de tigre !)

Vous devez sans doute connaître les larmes du tigre thaïe ou le laab laotien. Chez moi, le laab est un vrai plat de fête, qui nécessite de grandes quantités de viande de boeuf crue hachée et de nombreuses mains de tatas pour hacher, donc, et mélanger tout ça. Du coup, dans les jours dits « normaux », ma mère cuisine souvent ce plat typiquement familial et quotidien : la salade de boeuf mi-cuite, ou comme on dit dans le texte « niam siin ».

J’aime bien la cuisiner cette recette parce que c’est simple, frais, pas gras, et ça vous transporte illico sur les rives du Mékong en moins de 5 minutes… Quand la nostalgie de la cuisine de ma maman me frappe au coin de l’oeil, c’est ma recette roudoudou, qui vient juste après celle du poulet au caramel (un jour je vous en parlerai). Qui vient juste après une boulette de riz gluant trempée dans de l’arôme Maggi (pas besoin que je vous en parle, si ?).

Pour 4 personnes :

  • 400 g de viande de boeuf, type bifteck ou rumsteak ou pavé pour les plus aisés (mais 2 bons biftecks de votre boucher préféré feront l’affaire)
  • 1 citron vert
  • 2 cuillères à soupe de sauce de poisson (nam pla thaïe ou nuoc nam vietnamien)
  • 1 pincée de sel
  • 1 tronçon de 4cm de citronnelle
  • 1 rondelle de galanga (1 demi cm)
  • 1 échalote moyenne
  • 1 cuillère à soupe de riz grillé moulu*
  • Une dizaine de brins de coriandre ciselés grossièrement

Chauffer une poêle à sec et y saisir les biftecks à peine 1 minute de chaque côté, puis réserver pour laisser tiédir.

Tailler le galanga et la citronnelle en mignonnette, c’est-à-dire en tout petits cubes. Peler et émincer l’échalote.

Couper la viande en fine lamelles. Mélanger avec le jus du citron, la sauce de poisson, le sel. Verser ensuite le galanga, la citronnelle, l’échalote et la poudre de riz grillée, qui va donner ce petit goût de céréales torréfiée typique. Mélanger bien et goûter, rectifier l’assaisonnement si besoin : la salade doit développer toutes les saveurs, à la fois acides et salées, et de façon équilibrée.

salade de boeuf laotienne

Juste avant de servir, ciseler la coriandre et mélanger à la salade. En option pour ceux qui ont un bec piquant, on peut ajouter une cuillère à café de piment en poudre ou quelques rondelles de piment rouge frais.

Servir avec un riz blanc et des crudités du type rondelles de concombre, endives et radis.

Bon appétit !

salade de boeuf laotienne
salade de boeuf lao © toulemondencuisine.wordpress.com

*La poudre de riz moulue comment ça se fait ? C’est archi simple : chauffer à sec une poêle et faites revenir un verre à moutarde de riz thaï jusqu’à ce qu’il prenne une jolie coloration. Ensuite, moudre le tout dans un moulin à café ou à défaut écraser au pilon pour réduire en poudre. Ce n’est pas grave si tout n’est pas moulu super fin, l’essentiel c’est de concasser le riz pour qu’il exhale toute sa saveur torréfiée. Se garde plusieurs mois au sec dans une boîte hermétique.

 

 

 

 

3 commentaires

  1. ouh, ça fait trop envie!!! par contre, qu’est-ce que le galanga?… et à défaut, peut-on trouver qqch d’équivalent (je te refais pas le topo du cerfeuil… Les Frères Tang sont un peu loin de nous…). bon et promis, si je passe à l’acte, je photographie cette fois! des bises!

    • Ah oui en effet le galanga… ça ressemble à du gingembre mais c’est une racine à la peau blanche avec des striures brunes. ça a un goût à la fois piquant et mentholé… Pour un plan B, je conseille gingembre (plus facile à trouver !) + feuilles de menthe ciselée (ma mère ne trouverait pas ça très conventionnel, mais bon, elle n’a jamais habité en haut d’une montagne :-p)

  2. […] Au Laos le laab est un hachis que l’on sert à toutes les fêtes, car son nom signifie "chance" et "prospérité". Il peut être au boeuf (laab siin), au poisson (laap pa). Si la viande est cuite, on l’appellerait plutôt "koy", et c’est le cas pour le poulet (kay), le porc  (moo), ou le canard (pet). Le bœuf, lui, peut se manger cru en tartare ou cuit. Et lorsqu’il est cuit, il peut l’être sous forme hachée donc, ou en lamelles, mais dans ce cas on l’appelle "niam siin". […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s